Résumés Revista Crítica 73 (2005)

Laura Cavalcante Padilha
De la construction identitaire à une trame de différences ­ un regard sur les littératures de langue portugaise

A partir d’un regard sur les productions littéraires afro-luso-brésiliennes, nous aborderons dans cet essai la question de la langue portugaise, son expansion et la trame de différences qui la marque. Pour atteindre cet objectif très global, deux constructions symboliques seront examinées; elles s’avèrent complémentaires et très amples à partir du domaine linguistique. En un premier lieu, la question du lusisme est mise en relief; il est lu comme une construction qui, dans l’espace de la création artistique et verbale portugaise, se projette d’abord d’une manière euphorique, pour ensuite se problématiser jusqu’à devenir bien des fois dysphorique. En second lieu, nous discuterons la lusophonie, comprise, après Eduardo Lourenço, comme une «mythologie» qui n’acquiert de sens que si, d’une part, la considération des identifications existantes entre les divers sujets parlants intercontinentaux de la langue est assurée et, de l’autre, que si les diversités par lesquelles ces sujets parlants se distinguent profondément sont prises en compte.

Maria Ioannis Baganha
Politique d’immigration: La régulation des flux

L’article présent a pour principal objectif d’analyser comment les divers gouvernements, depuis l’entrée du Portugal dans la communauté européenne jusqu’aujourd’hui, ont régulé l’immigration et quels ont été les objectifs qu’ils se sont donnés à partir de cette régulation. La recherche se fonde essentiellement sur l’analyse de deux séries de documents, à savoir, d’une part, les documents législatifs qui déterminent l’entrée des immigrés non communautaires sur le territoire national, ainsi que les décrets de loi qui établissent les périodes de régularisation extraordinaire des étrangers clandestins; et de l’autre, les interventions gouvernementales à l’Assemblée de la République au sujet des propositions de l’autorisation légale relative à l’entrée des étrangers non communautaires sur le territoire national ou bien dans le lancement des campagnes de régularisation des étrangers en situation irrégulière. En s’appuyant sur l’analyse de la documentation en question, l’auteur de cet article défend que la politique de la régulation des flux d’immigration n’a jamais atteint ses objectifs, une fois que le système de régulation a constamment échoué, le gouvernement se voyant obligé de recourir aux périodes de légalisation extraordinaire.

Paulo Henrique Martins
La sociologie de Marcel Mauss: Don, symbolisme et association

Marcel Mauss est connu plutôt comme anthropologue et ethnologue. Plus d’un chercheur a pourtant été surpris de constater la part remarquable qu’il a apportée à la sociologie; sa sociologie s’est affirmée par le fait qu’il a été l’un des principaux animateurs, à côté de Durkheim, de la revue Année Sociologique, en même temps qu’il a systématisé plus que tout autre la théorie du don qui vient d’être réhabilitée comme un modèle interprétatif d’une grande actualité quand il s’agit de penser les fondements de la solidarité et du lien social dans les sociétés contemporaines. L’une des contributions centrales de Mauss à la sociologie a consisté à démontrer que la valeur des choses ne peut pas être supérieure à la valeur de la relation et que le symbolisme est fondamental pour la vie sociale. Marcel Mauss est arrivé à cette compréhension à partir du moment où il a constaté que les modalités d’échanges dans les sociétés archaïques n’appartiennent pas seulement au passé, mais qu’elles ont une importance fondamentale pour comprendre la société moderne.

Maria Alice Nunes Costa
Faire du bien est-il compensateur? Une réflexion sur la responsabilité sociale des entreprises

Cet article présente une vision panoramique de la gestion actuelle des activités des entreprises, désignée comme «responsabilité sociale des entreprises» et développée à partir des années 1990. Dans ce contexte, nous cherchons à comprendre les implications politiques de cette forme de solidarité sociale, dans laquelle les agents économiques interviennent dans l’espace public, à partir de la promotion de politiques de bien-être social pour les communautés à basse revenue. Dans ce sens, l’intention est de réfléchir sur la responsabilité sociale des entreprises, non de manière isolée, mais à partir d’une expression qui se développe d’une manière dynamique, face à l’État et à la communauté, dans la gestion de la régulation sociale contemporaine.

Jacob Carlos Lima
Nouveaux espaces productifs et nouvelles-vieilles formes de l’organisation du travail: Les expériences dans les coopératives au Nord-Est du Brésil

L’article présent analyse la nouvelle industrialisation du Nord-Est brésilien, conséquence des politiques d’attraction industrielle à partir des années 90 et caractérisée par des stimulations fiscales des industries qui utilisent le travail intensif, comme le secteur des chaussures et des confections; elle est le résultat de l’organisation des coopératives de travailleurs ayant pour objectif d’externaliser la production et de réduire les coûts grâce à la main-d’¦uvre. Ce processus a été plus significatif dans l’Etat de Ceará. Les coopératives ont été installées à l’intérieur de l’Etat, disposant d’une main-d’¦uvre abondante et bon marché, n’ayant d’autres choix d’emploi, dans l’inexistence de l’activité syndicale. Ce processus a eu lieu dans un contexte de restructuration économique et de changements politiques de caractère néo-libéral de l’Etat brésilien, marqué par l’ouverture du marché interne aux exportations, à la dénationalisation de certains secteurs productifs, à la relocalisation industrielle et à la modernisation technologique.

João Carlos Graça
Qu’est-ce qu’est finalement la nouvelle sociologie économique?

Située quelque par entre l’économie et la sociologie, la sociologie économique a connu un statut théorique instable et une reconnaissance académique limitée. Plus récemment, le projet connu sous le nom de la nouvelle sociologie économique, outre la diversité des contributions accueillies, est paru défini sur la base des postulats rejetant soit le modèle de l’ “agent rationnel”, soit le déterminisme culturel qui a mis en avant la sociologie parsonienne; des postulats méthodologiques de “troisième voie”, dans lesquels prédomine une rationalité balisée par des modèles culturels, ont été adoptés. Cependant, y a-t-il des raisons pour questionner la cohérence et la fiabilité intrinsèques de ce que la NSE représente? Peut-elle être ellemême considérée non tant du point de vue de la consistance de son projet thécnique, mais surtout comme une affaire de réseaux de small world académiques?

Published 10 April 2006
Original in Portuguese

Contributed by Revista Crítica de Ciências Sociais © Revista Crítica de Ciências Sociais Eurozine

PDF/PRINT

Read in: EN / FR / PT

Published in

Discussion