Capitalisme et monopole de la connaissance

José Arthur Giannotti

Le marché capitaliste contemporain est
fondé sur des stratégies de connaissance
et de pouvoir qui le distinguent profondément,
soit de l’ancien marché concurrentiel,
tendant à l’auto-réglementation, soit
de l’impérialisme, quand l’hégémonie se
construisait sur les positions de force ayant
pour piliers les politiques de l’Etat national.
Si, aujourd’hui, la source du pouvoir
réside dans le monopole de l’invention
scientifico-technologique, il est nécessaire,
par conséquent, d’aller au-delà d’une
phénoménologie des niveaux de globalisation,
en tenant compte du rôle déterminant
du nouveau capital, dans sa différence
spécifique. Un pouvoir appuyé sur le savoir
doit être combattu par d’autres pouvoirs
capables de distinguer ce que l’on peut et
ce que l’on ne peut pas faire et connaître.
C’est là le défi d’un nouveau socialisme qui
abandonne l’illusion d’être capable de
créer entièrement une nouvelle société.

Published 10 February 2003
Original in Portuguese

Contributed by Revista Critica de Ciências Sociais © Revista Critica de Ciências Sociais Eurozine

PDF/PRINT

Discussion