Résumés Esprit 10/2005

Pierre Vidal-Naquet
Le passé d’Esprit fut un present

L’historien confie ici ce qui l’a surpris à la lecture de la réédition des numéros d’Esprit publiés pendant la guerre. Peu favorable au choix risqué de la présence publique pendant l’occupation, il rappelle cependant comment remettre les interventions de l’époque dans leur présent.

Pierre Hassner
Les ambiguïtés de l’ordre international

Comment comprendre la manière dont le système international se réorganise aujourd’hui ? Les États y jouent-ils encore un rôle ? Peut-on échapper au seul rapport de force ? Si bien des situations paraissent tragiques, il faut relever également des évolutions contradictoires qui échappent aux antinomies de la force et de la loi comme à celles de la domination et de la régulation.

Cédric Philibert
Transformer Kyoto

Alors que les changements climatiques occupent le devant de l’actualité et nourrissent des pronostics de plus en plus sombres, le protocole de Kyoto et son application n’apparaissent que comme une étape préliminaire. Que faudra-t-il en garder, critiquer ou préserver pour anticiper les aléas climatiques de demain ?

Jean-Pierre Lavaud
La fièvre bolivienne

Ni émeutes de la pauvreté, ni mouvements des ” sans-voix “, les manifestations de rue et les barrages routiers qui paralysent la Bolivie manifestent la désagrégation d’un système politique incapable de résister à des revendications catégorielles exacerbées.

Olivier Remaud
Le métier d’architecte et l’art d’édifier. Lire Alberti aujourd’hui

Récemment traduit et présenté en français, le traité d’architecture (1452) d’Alberti est, avec l’Utopie de Thomas More (1516), l’un des deux textes fondateurs des théories de l’urbanisme en Europe. Soucieux de respecter la dimension corporelle, d’instituer l’humain à travers le bâti, de ne pas séparer le privé et le public, le texte d’Alberti reste d’une grande actualité.

Françoise Choay
Les ressorts de l’urbanisme européen: d’Alberti et Thomas More à Giovannoni et Magnaghi. (Entretien)

Originale, l’¦uvre de l’historienne de l’urbanisme Françoise Choay sait confronter les réalisations architecturales aux textes fondateurs comme, avant tout, ceux d’Alberti et More, mais aussi à Haussmann, Cerdá, Le Corbusier, et plus récemment à Gustavo Giovannoni et Alberto Magnaghi.

Françoise Choay
L’utopie et le statut anthropologique de l’espace édifié

Le modèle de la cité utopique de More, l’idée qu’un modèle de bâti pouvait être universalisé, sous-tend l’histoire de l’urbanisme. Mais il ne faut peut-être pas expliquer unilatéralement la cité idéale de Le Corbusier par la cité utopique de More. Ce texte invite à reconsidérer les pratiques utopiques contemporaines dont le projet local de Magnaghi est le symbole.

Olivier Mongin
” De la lutte des classes à la lutte des lieux “. Le ” projet local ” d’Alberto Magnaghi et la renovatio urbanis de Bernardo Secchi

En parlant de ” lutte des lieux “, on souligne que, dans les sociétés postindustrielles, les conflits portent de plus en plus sur la reconquête d’espaces démocratiques et de communautés politiques. Dans un monde de l’après-ville, où les flux techniques mondialisés vampirisent l’espace urbain classique, il faut contrer la globalisation ” par le bas “. Les expériences de Magnaghi et de Secchi en Italie en sont des anticipations.

Josep Ramoneda
Un centre culturel consacré à la ville. L’exemple de Barcelone. (Entretien)

Symbole par excellence de la ville européenne, Barcelone a mis en place un Beaubourg local qui fédère les expositions, les activités, les savoirs et les disciplines (artistiques ou non) autour du thème de la ville. Signe que la thématique urbaine est bien l’un des ressorts de la vie culturelle.

Jacques Donzelot
Une politique pour la ville

Plutôt qu’une politique de la ville, rêve d’un territoire homogénéisé sous le contrôle de l’État, mieux vaut envisager une politique pour la ville qui s’emploie à en restituer les attraits et les mécanismes. Une politique pour la ville a comme exigence de remettre les gens en mouvement, d’élever la capacité de pouvoir des habitants et d’instituer l’unité politique de la ville.

Published 18 October 2005
Original in French

Contributed by Esprit © Esprit

PDF/PRINT

Read in: FR / EN

Published in

Discussion