Latest Articles


17.09.2014
E. Khayyat

How to turn Turk?

The literary history of the Turk is long: from the Shakespearean Turk to Turkish humanist Ahmet Hamdi Tanpinar's "dervish without the mantle". But what exactly does it entail, to turn Turk? E. Khayyat traces an intellectual tradition that begins with the characters of Don Quixote. [ more ]

17.09.2014
Eurozine Review

Independence in an age of interdependence

17.09.2014
Juan Gabriel Vásquez, Jasper Vervaeke

Entering into dialogue with the world

17.09.2014
Irem Inceoglu

The Gezi resistance and its aftermath

New Issues


Eurozine Review


17.09.2014
Eurozine Review

Independence in an age of interdependence

"Soundings" is on tenterhooks about the outcome of the referendum in Scotland; "Krytyka" listens to the music and politics of the Maidan; "Osteuropa" debunks both Putin's ratings and western sanctions against Russia; "New Eastern Europe" looks to Moldova to buck the trend in Russian aggression; "Index" marks 25 years since the Wall came down; in "Belgrade Journal", Gil Anidjar asks if the floodings in the Balkans are a natural or political disaster; "Free Speech Debate" questions the West's supply of digital weaponry to repressive regimes; "Dilema veche" seeks to exit the direct route from 9/11 back into the Middle Ages; and "Letras Libres" speaks to Colombian novelist Juan Gabriel Vásquez.

03.09.2014
Eurozine Review

Was Crimea a preliminary exercise?

06.08.2014
Eurozine Review

What are you doing here?

23.07.2014
Eurozine Review

The world's echo system

09.07.2014
Eurozine Review

Courage of thought vs technocracy



http://www.eurozine.com/articles/2011-05-02-newsitem-en.html
http://www.eurozine.com/articles/2009-12-02-newsitem-en.html
http://mitpress.mit.edu/0262025248
http://www.eurozine.com/about/who-we-are/contact.html

My Eurozine


If you want to be kept up to date, you can subscribe to Eurozine's rss-newsfeed or our Newsletter.

Articles
Share |


L'impasse du national-présidentialisme

Entretien avec Daniel Cohn-Bendit


Esprit: Vous vous êtes à plusieurs reprises exprimé sur le système politique français, regrettant son excessive présidentialisation. Comment celle-ci se manifeste-t-elle dans un contexte où la souveraineté des États et les capacités des politiques à peser sur la crise sont lourdement remises en question ?

Daniel Cohn-Bendit: Ce que l'on observe dans les campagnes présidentielles en France, c'est que plus les candidats ont de chances de gagner – ou plus ils pensent qu'ils ont des chances de gagnerplus ils entrent dans le jeu de ce que j'appelle le " national-présidentialisme ", en se lançant dans un discours qui consiste à dire : " Si je suis élu(e), tout va changer en France, car je suis le/la seul(e) à pouvoir mener ce pays. " En faisant cela, on attribue tout le pouvoir décisionnel au président, et à sa future majorité, et l'on extrait la France du contexte international. Dans les campagnes présidentielles, il est rarement question d'Europe, et jamais du monde. Ce qu'il y a d'important, c'est comment le/la candidat(e) va pouvoir redorer le blason français, une fois acquis le pouvoir suprême.

Candidats en campagne

D'ailleurs, cela se retrouve dans les débats aujourd'hui, qui sont assez affligeants. On s'en rend compte si l'on regarde les stratégies des différents candidats. Celle de Nicolas Sarkozy est claire : faire oublier ses cinq ans de présidence, et marteler le message selon lequel il est le seul à pouvoir guider la France dans la crise actuelle. C'est une campagne inverse à celle de Jospin en 2002, qui, lui, misait sur son bilan.

Sur un plan plus strictement politique, Nicolas Sarkozy se trouve d'une certaine manière écartelé. À droite, si le Front national monte trop, l'UMP se trouvera dépossédée d'une partie de son électorat. Il faut donc contrer l'offensive du FN, ce que s'emploie à faire le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant. Cependant, il faut également que le président ouvre un espace au centre, ou au centre droit, pour s'assurer les voix des hommes de droite républicains qui n'acceptent pas, ou qui n'acceptent plus, les dérives droitières de la majorité.

François Hollande, quant à lui, semble avoir adopté la stratégie de Mariano Rajoy, élu Premier ministre en Espagne à l'automne 2011 : dans une campagne électorale où l'on vote contre le pouvoir en place, le candidat de l'opposition doit se contenter de ne rien dire, pour ne pas pouvoir être attaqué. Il ne prend donc pas position. La seule chose que François Hollande cherche à affirmer, c'est qu'il a de l'autorité, afin de faire oublier les accusations de Martine Aubry pendant la primaire, et celles de la droite aujourd'hui, sur son indécision, sa mollesse et son incapacité à trancher. Ce qu'il y a de gênant, c'est qu'il refuse tout débat, et se sert de ce besoin d'autorité comme prétexte, par exemple pour faire preuve de sévérité à l'égard des écologistes.

Contrairement à François Hollande, François Bayrou est, lui, absolument convaincu qu'il a la " carrure " présidentielle, voire qu'il est le seul à l'avoir. Il s'est emparé du vide créé par les deux favoris, et, même si cela peut paraître surprenant, il reste très haut dans les sondages. Il se crée une stature gaullienne, affirmant qu'il est le seul à pouvoir organiser une majorité, pour donner des perspectives à la France en ces temps de crise. Son capital, c'est sa personnalité, et, aussi paradoxal que cela puisse sembler, on dirait qu'il est servi par ses échecs : il n'a pas de parti, pas de députés, ses dix dernières années de vie politique ont été marquées par des défaites successives. Ainsi, il incarne l'image mythique de l'homme seul, qui ne sert personne, et n'a que la France comme intérêt.

Viennent ensuite Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly. Mélenchon a clairement choisi Georges Marchais comme modèle, ce qui peut attirer une certaine frange des électeurs de gauche, selon la position dans laquelle se trouvera François Hollande. Il en va de même pour Eva Joly, qui oscille entre des positions proches de celles de Mélenchon et un discours plus strictement écologique. Il n'est cependant pas facile, comme on l'a vu, pour quelqu'un qui n'est pas une politique professionnelle, d'incarner à elle seule l'écologie politique française, avec toute son histoire et toutes ses contradictions.

Enfin, il faut évidemment parler de Marine Le Pen. Elle incarne un phénomène qui existe partout en Europe, en Finlande, en Hollande et dans bien d'autres pays : le sentiment d'exclusion d'une certaine frange de la population, le désir de sortir de l'Europe, de " retrouver " son pays. Elle se présente comme la Jeanne d'Arc des exclus, des opprimés, mais seulement d'une partie d'entre eux, ceux qui sont blancs, propres sur eux, et bien français. On ne peut nier qu'il y ait une résonance de ces idées dans la société, dans des franges conservatrices, chez les catholiques intégristes, dans une partie de la communauté juive et dans les milieux populaires ; Marine Le Pen, en somme, a plusieurs possibilités pour élargir au - jourd'hui son espace électoral.

Pour une critique du présidentialisme

En ce qui concerne le " national-présidentialisme ", j'avais moi-même proposé à Europe Écologie-les Verts (EELV) une stratégie pour aller à l'encontre de ce système, qui consistait à ne pas présenter de candidat à la présidentielle. De toute manière, si nos électeurs ont l'impression que le candidat socialiste est en difficulté, ils privilégieront le " vote utile " pour éviter de revivre le traumatisme de 2002. Ce que j'ai proposé, c'était donc d'oublier la présidentielle pour se concentrer sur l'accord législatif, afin d'être ensuite en mesure de redéfinir le rôle de l'Assemblée, pour désacraliser la fonction de président de la République et redéfinir une démocratie dans laquelle la politique se ferait au Parlement. On m'a répondu, et c'est symptomatique, que le grand débat politique en France a lieu pendant la présidentielle, et que les écologistes ne pouvaient pas en être absents. Or c'est faux. Où est le débat aujourd'hui ? Il n'y en a pas. Justement, le national-présidentialisme a pour résultat de réduire le débat politique à la seule fonction présidentielle, ce qui est exactement le contraire de ce que devrait être un débat politique véritable.

Une autre de mes propositions concernait la crise européenne actuelle. La tentative intergouvernementale mise en place par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel n'est pas une véritable solution aux problèmes que rencontre l'Union. Il ne s'agit pas en effet de sauver l'Europe, mais de sauver un espace politico-économique par une offensive visant à assurer la stabilité budgétaire (et non fiscale, puisque la question de la convergence fiscale a été largement laissée de côté). La proposition de nouveau traité européen présentée par le président français et la chancelière allemande a été critiquée, notamment par François Hollande, qui l'a jugée, à raison, insuffisante, et a affirmé qu'il renégocierait ce traité une fois élu. Or, dans six mois, il sera très difficile de revenir sur ce traité, qui doit être voté en mars. Ce qu'il faudrait, c'est à mon avis que l'opposition et le président actuel se mettent autour d'une table et trouvent un accord à présenter à l'Allemagne, en acceptant, par exemple, la règle d'or, mais en échange d'une véritable politique de solidarité européenne. Mais une telle idée n'est pas audible en France, a fortiori en période de campagne présidentielle, où l'on est dans une logique d'affrontement total qui oublie parfois l'intérêt national, ou européen.

C'est cela, la maladie du présidentialisme. Au moment de l'élection, celui ou celle qui est élu(e) est le ou la président(e) de tous les Français, de droite comme de gauche. Cela signifie qu'en cas de crise majeure, tout le monde devrait pouvoir lui parler, et qu'il devrait pouvoir entendre tout le monde. Or, ce n'est absolument pas le cas, puisque le président devient l'ennemi numéro un du camp adverse. Cela pose particulièrement problème en ce qui concerne la politique européenne, où il est important d'aboutir à des consensus nationaux pour pouvoir ensuite défendre sa position au niveau supranational. C'est aussi ce qui explique la faiblesse actuelle de la position de Nicolas Sarkozy par rapport à celle d'Angela Merkel, qui a dû, elle, faire face aux débats dans son Parlement.

Cette crise du présidentialisme n'est pas exclusivement française, on la retrouve aux États-Unis. Bien que le système ne soit pas le même, on voit bien aujourd'hui que la politique américaine est totalement paralysée par le blocage mis en oeuvre par le Congrès, à majorité républicaine, face aux initiatives d'un président démocrate. En France, il faudrait cesser de faire du président un Premier Ve République. Cela permettrait de redonner sa force au débat politique, aujourd'hui dénaturé par la logique même de la campagne présidentielle. Une impossible transformation ?

Esprit: La critique du présidentialisme est nécessaire, mais comment en sortir ? Dire que le débat a lieu pendant la présidentielle n'est pas entièrement faux, au sens où c'est effectivement l'élection présidentielle qui enflamme les esprits. On le voit bien par contraste avec les législatives qui la suivent, et qui ne suscitent pas le même enthousiasme. En somme, on a l'impression que chaque geste que l'on fait pour sortir du présidentialisme ne fait que le renforcer.

Daniel Cohn-Bendit: Il n'est possible d'en sortir que si un candidat qui est en position de gagner affirme que son objectif est de devenir un président différent. C'est ce que François Hollande a mal négocié, quand il a affirmé vouloir être un président " normal1 " ; les gens normaux ne seront jamais présidents. Il aurait fallu dire qu'il voulait être un président " citoyen ", pour défendre la démocratie, revaloriser le Parlement, etc. En somme, on ne pourra sortir de ce système que s'il émerge, à un moment donné, une personnalité qui incarne quelque chose d'autre. Ça a peut-être été mon erreur, d'ailleurs ; j'aurais pu me présenter à la primaire socialiste, non pas pour gagner, mais pour porter cette idée, pour lancer un débat qu'il aurait été difficile pour le candidat ou la candidate d'ignorer. On aurait alors été obligé de poser la question culturelle du présidentialisme.

Bien sûr, il y a des personnalités politiques, surtout à gauche, qui évoquent ces questions. Jean-Luc Mélenchon et Arnaud Montebourg parlent de VIe République, mais ils en parlent comme des hommes de la IIIe République, ce qui a quelque chose de troublant, voire de cocasse. On ne désacralisera le présidentialisme que si l'on trouve des personnalités qui acceptent de le faire, alors même qu'elles sont candidates à l'élection présidentielle. Notez bien, d'ailleurs, que cela ne résout pas tout, qu'il y a plusieurs manières de réinjecter de la démocratie dans le système français. La désacralisation de la fonction présidentielle en est une, mais il faut également que l'Assemblée reflète davantage la diversité du pays, et ses contradictions. Si les écologistes sont en faveur de la proportionnelle, c'est précisément pour cela. Certes, une telle réforme ferait entrer le Front national au Parlement. Mais il fait partie de la réalité politique de notre pays, et l'obliger à participer à la vie démocratique permettrait peut-être de mieux le circonscrire, de l'obliger à se mouiller, concrètement, dans la gestion des affaires publiques. Un autre aspect est celui de la consultation populaire sur des grands sujets, par exemple le nucléaire, afin de responsabiliser les citoyens. Il faut en fait créer des espaces où les citoyens puissent confronter leurs contradictions, pour redonner une dynamique à la démocratie.


Propos recueillis par Michel Marian et Alice Béja

 



Published 2012-02-22


Original in French
First published in Esprit 2/2012

Contributed by Esprit
© Daniel Cohn-Bendit / Esprit
© Eurozine
 

Support Eurozine     click for more

If you appreciate Eurozine's work and would like to support our contribution to the establishment of a European public sphere, see information about making a donation.

Focal points     click for more

Russia in global dialogue

http://www.eurozine.com/comp/focalpoints/eurocrisis.html
In the two decades after the end of the Cold War, intellectual interaction between Russia and Europe has intensified. It has not, however, prompted a common conversation. The focal point "Russia in global dialogue" seeks to fuel debate on democracy, society and the legacy of empire. [more]

Ukraine in focus

http://www.eurozine.com/comp/focalpoints/publicsphere.html
Ten years after the Orange Revolution, Ukraine is in the throes of yet another major struggle. Eurozine provides commentary on events as they unfold and further articles from the archive providing background to the situation in today's Ukraine. [more]

The ends of democracy

http://www.eurozine.com/comp/focalpoints/democracy.html
At a time when the global pull of democracy has never been stronger, the crisis of democracy has become acute. Eurozine has collected articles that make the problems of democracy so tangible that one starts to wonder if it has a future at all, as well as those that return to the very basis of the principle of democracy. [more]

The EU: Broken or just broke?

http://www.eurozine.com/comp/focalpoints/eurocrisis.html
Brought on by the global economic recession, the eurocrisis has been exacerbated by serious faults built into the monetary union. Contributors discuss whether the EU is not only broke, but also broken -- and if so, whether Europe's leaders are up to the task of fixing it. [more]

Time to Talk     click for more

Time to Talk, a network of European Houses of Debate, has partnered up with Eurozine to launch an online platform. Here you can watch video highlights from all TTT events, anytime, anywhere.
Dessislava Gavrilova, Jo Glanville et al.
The role of literature houses in protecting the space for free expression

http://www.eurozine.com/timetotalk/european-literature-houses-meeting-2014/
This summer, Time to Talk partner Free Word, London hosted a debate on the role that literature houses play in preserving freedom of expression both in Europe and globally. Should everyone get a place on the podium? Also those representing the political extremes? [more]

Eurozine BLOG

On the Eurozine BLOG, editors and Eurozine contributors comment on current affairs and events. What's behind the headlines in the world of European intellectual journals?
Simon Garnett
Britain flouts the European Court of Justice

http://www.eurozine.com/blog/
The UK has passed legislation on data retention that flouts European concerns about privacy. The move demonstrates extraordinary arrogance not only towards the Court of Justice of the European Union but towards the principle of parliamentary deliberation in Britain, writes Simon Garnett. [more]

Vacancies at Eurozine     click for more

There are currently no positions available.

Editor's choice     click for more

William E Scheuerman
Civil disobedience for an age of total surveillance
The case of Edward Snowden

http://www.eurozine.com/articles/2014-04-18-scheuerman-en.html
Earlier civil disobedients hinted at our increasingly global condition. Snowden takes it as a given. But, writes William E. Scheuerman, in lieu of an independent global legal system in which Snowden could defend his legal claims, the Obama administration should treat him with clemency. [more]

Literature     click for more

Olga Tokarczuk
A finger pointing at the moon

http://www.eurozine.com/articles/2014-01-16-tokarczuk-en.html
Our language is our literary destiny, writes Olga Tokarczuk. And "minority" languages provide a special kind of sanctuary too, inaccessible to the rest of the world. But, there again, language is at its most powerful when it reaches beyond itself and starts to create an alternative world. [more]

Piotr Kiezun, Jaroslaw Kuisz
Literary perspectives special: Witold Gombrowicz

http://www.eurozine.com/articles/2013-08-16-kuisz-en.html
The recent publication of the private diary of Witold Gombrowicz provides unparalleled insight into the life of one of Poland's great twentieth-century novelists and dramatists. But this is not literature. Instead: here he is, completely naked. [more]

Literary perspectives
The re-transnationalization of literary criticism

http://www.eurozine.com/comp/literaryperspectives.html
Eurozine's series of essays aims to provide an overview of diverse literary landscapes in Europe. Covered so far: Croatia, Sweden, Austria, Estonia, Ukraine, Northern Ireland, Slovenia, the Netherlands and Hungary. [more]

Debate series     click for more

Europe talks to Europe

http://www.eurozine.com/comp/europetalkstoeurope.html
Nationalism in Belgium might be different from nationalism in Ukraine, but if we want to understand the current European crisis and how to overcome it we need to take both into account. The debate series "Europe talks to Europe" is an attempt to turn European intellectual debate into a two-way street. [more]

Conferences     click for more

Eurozine emerged from an informal network dating back to 1983. Since then, European cultural magazines have met annually in European cities to exchange ideas and experiences. Around 100 journals from almost every European country are now regularly involved in these meetings.
Law and Border. House Search in Fortress Europe
The 26th European Meeting of Cultural Journals
Conversano, 3-6 October 2014

http://www.eurozine.com/comp/conversano2014.html
Taking place in southern Italy, not far from Lampedusa, this year's Eurozine conference will address both EU refugee and immigration policies and intellectual partnerships across the Mediterranean. Confirmed speakers include Italian investigative journalist Fabrizio Gatti and Moroccan feminist and Nobel Peace Prize nominee Rita El Khayat. [more]

Multimedia     click for more

http://www.eurozine.com/comp/multimedia.html
Multimedia section including videos of past Eurozine conferences in Vilnius (2009) and Sibiu (2007). [more]


powered by publick.net